Turismo Prerrománico > Les copies du Commentaire : Les Beatus

Les copies du Commentaire : Les Beatus

Comme nous l’avons déjà dit, très peu de manuscrits espagnols ont été conservés avant le Xe siècle, bien qu’il existe de nombreuses références à un grand nombre d’œuvres d’auteurs hispaniques à partir de la seconde moitié du Vie siècle et de nombreux scriptoriums chrétiens dans le royaume wisigoth, puis dans l’Espagne arabe et dans le royaume de Navarre. L’original des Commentaires sur l’Apocalypse de Beatus de Liébana est l’un de ces manuscrits disparus, mais dans ce cas l’œuvre a dû être très connue et, pour des raisons très diverses, a suscité l’intérêt des responsables du culte chrétien dans les territoires reconquis, ce qui coïncide avec le grand essor de la vie monastique au Xe siècle et avec l’éclosion de la miniature mozarabe, dans laquelle une génération entière d’enlumineurs de grande qualité et de capacité créative s’est épanouie, a permis qu’ils arrivent jusqu’à nous, dans un vaste ensemble de codex miniés, un importantBeato de Turín (1109) nombre de copies du “Bienheureux”, datées entre le Xe et le Xiiie siècle, certaines très complètes et en bon état de conservation. Depuis la redécouverte de la miniature mozarabe au début du Xxe siècle, dont le moment stellaire fut peut-être l’exposition de manuscrits miniatures espagnols organisée à Madrid par la Société des Amis de l’Art en 1924, de nombreuses études ont été effectuées sur les bienheureux, par des chercheurs de la catégorie de Gómez Moreno, Camón Aznar, Diaz et Diaz, Neuss, Sanders, Willians ou P. Klein, entre autres, analysant les textes et les caractéristiques de leurs illustrations et les différents styles artistiques de leurs enlumineurs, ainsi que les différentes influences que l’on peut y trouver. Étant donné qu’une étude détaillée dans ces domaines est en dehors des objectifs de ce travail, nous présentons ci-après un bref résumé de nos conclusions dans chacun d’eux, en indiquant sur notre page Bibliographie les titres que nous pouvons recommander pour élargir ces informations.
    I- Textes
    Bien qu’ils respectent tous la structure de l’original, on distingue par rapport à son texte trois familles de bienheureux, pour lesquelles les nomenclatures I ont été utilisées, Iia et Iib, sur la base d’une théorie qui suppose que le Bienheureux lui-même a créé trois éditions différentes des Commentaires, la première en 776 et les deux autres en 784 et 786 et considérant que les deux premières donnent naissance à la famille I, celle de 786 à la Iia et qu’une modification ultérieure de celle-ci générerait la branche Iib. D’autres auteurs, tout en respectant le classement, considèrent que tous les codex des bienheureux partent d’un seul prototype, pratiquement achevé en 776 et conclu par le moine de Liébana en 786, dont des copies successives à partir de 776 ont donné naissance aux différentes familles textuelles. Cette seconde option nous semble plus probable car il est difficile de penser que dans les années où les deux dernières versions sont datées, époque où Beatus était en pleine controverse avec Elipando, qui durerait jusqu’au concile de 792, pourrait se consacrer à l’écriture de nouvelles versions d’une œuvre si vaste et qui avait terminé près de dix ans plus tôt. Selon cette classification, généralement acceptée quelle que soit la théorie adoptée sur l’origine de ces familles, la répartition des bienheureux connus à ce jour -en utilisant dans chaque Beatus son nom d’usage le plus habituel et en indiquant sa situation actuelle et la date approximative de son achèvement- serait la suivante:
  • FAMILIA I
    Beato de Cirueña (fragmento). Archivo del Monasterio de Santo Domingo de Silos. (900). Beato Emilianense. Madrid, Biblioteca Nacional. (930?). Beato de El Escorial. Biblioteca del Monasterio de El Escorial. (955). Beato de San Millán. Madrid, Real Academia de la Historia. (990). Beato de Saint-Sever. París, Bibliotheque Nationale. (1060). Beato de Burgo de Osma. Museo de la Catedral de Burgo de Osma (1086). Beato Corsini. Roma. Biblioteca dell´Accademia Nazionale dei Liucei e Corsiana. (Primera mitad del s. XII). Beato de Lorvao. Lisboa. Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Lorvao. (1189). Beato de León. León. Archivo Histórico Provincial. (Segunda mitad del s. XII).
  • FAMILIA IIa
    Beato de San Miguel de Escalada. Nueva York, Pierpont Morgan Library. (945) Beato de Valcavado. Valladolid, Biblioteca de la Universidad. (970). Beato de La Seo de Urgel. Archivo de la Catedral de La Seo de Urgel. (975). Beato de Fernando I y Sancha. Madrid, Biblioteca Nacional. (1047). Beato de Berlín. Statatsbibliothec Preussischer Khulturbesitz, Berlín (Inicios del S. XII). Beato de Silos. Londres, British Library. (1109) Beato de Navarra. París, Bibliotheque Nationale. (Finales del S. XII).
  • FAMILIA IIb
    Beato de Tábara. Madrid, Archivo Histórico Nacional. (970). Beato de Gerona. Gerona, Museo de la Catedral (975). Beato de Turín. Turín, Biblioteca Nazionale. (Principios s. XII). Beato de Manchester. Manchester, John Rylands Library y Madrid, Museo Arq. Nacional. (Finales s. XII). Beato de San Pedro de Cardeña. Museo Arqueológico Nacional, Madrid y otros. (1185). Beato de San Andrés de Arroyo. París, Bibliotheque Nationale. (principios s. XIII). Beato de las Huelgas. Nueva York, Pierpont Morgan Library. (1220). Beato de México. Ciudad de México, Archivo General de la Nación. (mediados s. XIII). Beato de León (Fragmento). Archivo Histórico Provincial de León

    A esta lista hay que añadir el recientemente descubierto Beato de Ginebra, d’origine italienne, paru à la Bibliothèque de Genève et en attente d’une étude permettant de déterminer quelle famille pernenece.

II- Illustrations Beato de Corsini (>1100)
En ce qui concerne l’analyse des illustrations qu’elles contiennent, il est évident que tant leurs caractéristiques techniques que leur style pictural sont directement liés à tout moment au reste de la miniature mozarabe espagnole, au point que dans certains cas, d’autres manuscrits ont été attribués à l’enlumineur d’un Bienheureux. Il existe une relation que nous pourrions définir comme biunivoque entre les développements artistiques observés au cours de ces années chez les bienheureux et ceux qui se produisent dans les bibles, les antiphonaires et autres codex.

De notre point de vue, non seulement le Bienheureux original serait déjà illuminé, mais peut-être ses illustrations seraient inspirées d’un manuscrit antérieur de l’Apocalypse, qui définirait déjà le modèle et la situation de la plupart des miniatures qui se répéteront de façon pratiquement identique dans l’original de Beato et ses copies ultérieures et qui apporterait en outre tout l’ensemble des influences artistiques autochtones, paléochrétienne, nord-africaine, orientale et byzantine que la décoration sculptée dans certaines églises comme Saint-Pierre de La Nave ou Quintanilla de las Viñas font apparaître dans l’art wisigoth du Viie siècle. Par la suite, il y a une période de plus de cent ans au cours de laquelle plusieurs copies ont dû être faites, dont un seul feuillet nous est parvenu du Bienheureux de Cirueña, d’un grand intérêt car il démontre l’existence de copies antérieures à la grande éclosion de la miniature mozarabe du Xe siècle, avec la même structure de textes et d’images des grands bienheureux ultérieurs, mais avec une technique encore très primitive.

Mais c’est au Xe siècle et au début du Xie siècle que, grâce à l’apparition de grands miniaturistes comme Magio, Florencio ou Emeterio Beato de Navarra (Finales del S. XIIen travaillant sur les Scriptorium de beaucoup de monastères qui pendant le repeuplement ont été créés à León, Castilla et La Rioja, la miniature espagnole a atteint les plus hauts sommets de qualité et d’imagination. En respectant scrupuleusement la structure des images de l’original, ces artistes ont pu utiliser avec une grande liberté tous les concepts stylistiques déjà existants dans les manuscrits précédents ainsi que les apports qu’ils avaient reçus de l’art islamique et les nouvelles tendances provenant du monde carolingien et de la miniature irlandaise.

Comme dans l’analyse des textes, on distingue aussi deux familles sur la base de la composition des images des bienheureux. On suppose que ceux de la première suivraient fidèlement la structure d’images du bienheureux original et est formée en grande partie par les manuscrits développés dans la Rioja et la Navarre, tandis que ceux de la seconde famille, qui comprendraient les nouvelles contributions de Magio dans le Beato de San Miguel de Escalada, proviennent généralement des monastères situés dans les territoires de León et de Burgos.

Dans ce Bienheureux, apparaît une série de nouvelles images qui incluent entre autres les portraits des Évangélistes et les tables généalogiques inexistantes dans les manuscrits de la branche I, en ajoutant le Commentaire illustré au Livre de Daniel, tout cela pour “annoncer le jugement terrible qui attend le monde et pour la gloire du Père, du Fils et de l’Esprit”, comme le Magio lui-même nous l’explique dans sa note. Ces images, en devenant partie de quelques bienheureux ultérieurs, ont été considérées comme l’élément distinctif des bienheureux de la deuxième famille pictographique.

III- Caractéristiques artistiques

Les bienheureux qui sont arrivés jusqu’à nous forment un sous-groupe de l’ensemble des codex produits en Espagne à partir de la fin du Ixe siècle, c’est pourquoi tout ce qui est exposé au paragraphe précédent est valable à ce sujet. Il suffit d’ajouter ici que de nouvelles copies des Commentaires sur l’Apocalypse de Beatus de Liébana ont été développées jusqu’à la fin du Xiiie siècle, de sorte que, tout en conservant fidèlement certaines des structures du texte et les illustrations décrites, nous trouvons “Bienheureux” qui sont clairement romans et même du début du style gothique. Dans notre étude, nous avons également inclus ces “bienheureux” malgré leur date de création parce que nous comprenons qu’ils complètent un cycle de grand intérêt ouvert au Viiie siècle.

Vues : 10

 

Partager sur:
Impression