Turismo Prerrománico > Países > España > SANTA MARIA DE BENDONES

SANTA MARIA DE BENDONES

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Ninguna valoración todavía)

Remarques préliminaires

 

  • Déclarée Monument National le 12 décembre 1958.
  • Incendiée en 1936, elle fut découverte en 1954 par Joaquín Manzanares, quand elle avait déjà été en partie démolie pour construire un temple sur un plan nouveau, ce qui évita sa totale disparition.

 

 

  • Elle fut reconstruite, de façon très polémique, en 1958 par Luis Menéndez Pidal.

Environnement historique

Bien que nous n’ayons aucun document sur la construction de cette église, on y fait allusion dans une donation d’Alfonso III en 905, ce qui concorde avec la date que l’on pourrait proposer, nous basant sur ses principales caractéristiques qui la situent au règne d’Alfonso II. Comme tant d’églises préromanes asturiennes, elle fut détruite en 1936. Elle ne fut découverte qu’en 1954, par J. Manzanares et reconstruite par la suite, de façon très polémique en 1958 par Luis Menéndez Pidal.

Description

Sa structure originelle, inscrite dans un rectangle de 17m de long sur 12 de large, ressemblerait beaucoup à celle de Planta según ManzanaresSantullano s’il n’ existait pas les trois nefs longitudinales et si nous ajoutions deux compartiments de chaque côté du portique. En effet, elles sont formées d’un chevet plat avec trois absides séparées à l’extérieur par des contreforts. L’abside central était voûté et les latéraux étaient couverts d’une toiture à un seul plan, bien que nous ne connaissions pas leur orientation d’origine. Elles disposaient d’une fenêtre dans chaque abside, et d’une autre qui apparut dans les premières excavations, formée de trois arcs en fer à cheval sur des colonnes et des châpiteaux pauvrement décorés, et encadrée dans un alfiz semblable à celui de San Tirso d’Oviedo. On a supposé que cette fenêtre était située dans le plan supérieur de la chapelle principale, sur une chambre haute sans accès de l’intérieur dont il ne restait rien non plus et qui a été ajoutée pendant la restauration en imitant la forme des chevets de toutes les églises du groupe. L’église est formée d’une seule nef transversale de 7m de large et très haute, couverte d’une toiture en bois et avec deux compartiments latéraux dont il ne restait que les vestiges de celui situé sur le côté sud, formant un ensemble très similaire à celui de la nef du transept de Santillano, mais dans ce cas, les trois autres nefs n’existaient pas: elle se fermait par un portique et deux autres compartiments sur les côtés à l’ouest, où s’ouvraient la porte au centre et des fenêtres dans les compartiments latéraux qui, dans les deux cas se terminaient par des arcs en plein cintre en brique.


Un autre détail intéressant est la présence, au Testero de la cabecera y ventana tríforasud-ouest de l’église, d’une construction presque carrée dont on ne conservait que quelques murs jusqu’à plus ou moins 5m de hauteur, qu’on a supposé être les vestiges d’une tour, ainsi reconstruite actuellement. Ceci pourrait être très important, si l’on arrivait à confirmer qu’il s’agissait réellement d’une tour et qu’elle est de la même époque que l’église, car cela balaieraient les doutes existants sur les vestiges de quelques tours exemptes de ce genre dans d’autres églises visigothes et asturiennes, dont on n’a pu confirmer leur appartenance à la même époque que l’église.


À l’intérieur, la séparation entre les trois chapelles et la nef se faisait par des arcs en plein cintre en brique, dont seul est d’origine celui qui se trouve du côté de l’épitre, ainsi que la colonne et le châpiteau à droite de l’arc central et la base d’un chancel avec une fente comme support. Dans les excavations apparurent une table lisse d’autel avec une fente dans la partie inférieure pour encastrer dans la base, et qui est maintenant située dans la chapelle sud, et quatre fragments de chancel, tous décorés de motifs végétaux mais de deux styles différents, les uns taillés en biseau de claire influence visigothe et les autres aux formes plus arrondies qui annoncent déjà le style typiquement asturien. La décoration se complétait de peintures sur les murs intérieurs, dont il ne reste que quelques traces sur l’arc de la chapelle de l’épitre, ainsi que d’un soubassement et un modillon. Elles sont aussi d’ascendance romaine et peut-être du même atelier que celles de Santullano.


Malheureusement, la barbarie qui menaça grande partie des constructions préromanes asturiennes entre 1934 et 1936, et qui affecta gravement Santa María de Bendones, Vista desde el noroeste con la torre al fondo ne nous permet pas d’analyser avec un minimum de garantie le sens d’une église qui, si elle était arrivée jusqu’à nous comme elle s’est maintenue pendant presque onze siècles, nous aurait permis de connaître beaucoup mieux les changements qui se sont produits dans la structure des églises tout au long du règne d’Alfonso el Casto.


En effet, si nous pouvons considérer que l’église originelle ressemblait à celle de la reconstruction, nous nous trouvons face à une structure qui pourrait parfaitement appartenir au groupe de Santullano et San Pedro de Nora, avec un chevet semblable, la nef transversale, d’une grande hauteur et avec des compartiments latéraux, du même genre que le transept de Santullano, et le narthex tripartite de Nora , mais avec deux différences à analyser: la première serait le fait que seule la chapelle centrale est voutée, et la deuxième, plus importante d’après nous, est l’absence des trois nefs longitudinales – celles réservées aux fidèles dans le rite espagnol de l’époque – essentielles dans le reste du Préroman Asturien.


Conclusions

Une première interprétation de ces deux différences, serait de considérer Bendones comme une construction antérieure à celles déjà mentionnées, construite avant que Alfonso II Muro oeste, con la puerta de acceso y dos compartimentos lateraleset Tioda définissent un style d’église, et qui serait utilisée en grande partie comme base pour en définir le prototype. Ceci expliquerait que les absides latérales n’aient pas encore été voûtées et que les problèmes pour le culte, à savoir un espace si grand pour le clergé et uniquement le nartex pour les fidèles, obligent à amplifier la structure type pour les églises postérieures en ajoutant les nefs longitudinales.

Une autre possibilité, qui nous semble plus plausible, serait que Bendones appartienne à la même époque que le reste du groupe, mais qu’il s’agisse d’une église monastique, située dans une zone peu peuplée ou dédiée exclusivement aux moines, où le modèle, déjà existant, aurait été modifié pour l’ajuster à des besoins très différents de ceux qui pouvaient exister à ce moment-là dans une ville beaucoup plus peuplée et donc avec un plus grand besoin d’espace pour les fidèles. Mais ceci impliquerait, en quelque sorte, une flexibilité dans l’application du modèle normalisé que nous ne retrouvons plus dans les constructions de Alfonso II et Alfonso III.

Cependant, aucune conclusion ne peut être définitive car le problème fondamental reste la méconnaissance que nous avons du plan d’origin de l’église, vu qu’il ne semble y avoir aucune description ni information graphique de son état avant 1936: un grand nombre d’éléments trés différenciateurs, que nous ne connaissions pas et, comme nous le pensons aussi pour Santianes de Pravia, peut-être excessivement inspirés de Santullano, ont été inclus dans la reconstruction. En effet, bien que le plan soit connu et ne fasse aucun doute, il y a des solutions dans sa construction en hauteur qui, même si elles nous paraissent adéquates, ne nous offrent aucune garantie quant au plan d’origine, telles que la chambre qui a été créée au-dessus de la chapelle centrale et la disposition de la toiture des chapelles latérales formant un chevet semblable à Nora et Santullano, les éléments de séparation du nartex en trois compartiments et même la tour, tous inclus dans la structure actuelle de l’église, sans aucune preuve que la structure du plan soit comme l’originelle, mais sans preuve non plus du contraire.

Autres informations intéressantes

Accès: Salida de Oviedo por la AS-242 hacia Los Arenales, a los 2,5kms se toma la AS-243 hacia Bendones, que están a 1,5kms. Distancia total 5,8kms.

Moyen d’accès: Sortir d’Oviedo par la AS-242 direction Los Arenales, à 2,5kms prendre la AS-243 direction Bendones, qui est à 1,5kms. Distance totale 5,8kms. Coordonnées GPS: 43º 20′ 9,63″N 5º 48′ 22,88″W. 
Téléphone d’information
: Office du tourisme d’Oviedo: 985 21 33 85 ó 985 22 75 86. 
Horaire des visites
: Téléphoner au curé de Bendones Tfno: 650 81 99 10.

 

Bibliographie

Arte Pre-románico Asturiano: Antonio Bonet Correa
SUMMA ARTIS: Tomo VIII

L’Art Preroman Hispanique: ZODIAQUE
Ars Hispanie: Tomo II
Arte
Asturiano: José Manuel Pita Andrade
Guía del Arte Prerrománico Asturiano:
Lorenzo Arias Páramo

Portails

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Partager sur:
Impression