Turismo Prerrománico > Países > España > SANTA MARGARIDA DEL CAIRAT

SANTA MARGARIDA DEL CAIRAT

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Ninguna valoración todavía)

Remerciements

A notre ami Xavier Riera Camps, amateur de l’Art Préroman et expert en Miniature Haut-médiévale, qui nous a fait connaître cet ermitage et nous a fourni la plupart des informations et les photographies utilisées dans cette fiche

Remarques préliminaires

 

  • Petit ermitage formé d’une nef et une abside, structure très courante pendant la période préromane de part et d’autre des Pyrénées.
  • La documentation la plus ancienne que nous ayons de Santa Margarida date de l’année 1205 quand Ramon de Guàrdia, Seigneur de Esparreguera, fit don dans son testament de 10 soldes (Arxiu de la Corona d’Aragó, Barcelona, Cartulario de San Cugat del Vallès, fol.195r).
  • Sous la direction de l’architecte D. José Mª Pericas qui compta avec la collaboration d’Eduard Junyent, il fut restauré en 1965, lui ôtant les éléments ajoutés à sa structure

Description

La petite église de Santa Margarida del Cairat se trouve dans la commune de Esparreguera (Baix Llobregat, Barcelona), éloignée du centre urbain, à la fin de la région montagneuse de Rubió et juste à l’entrée de la gorge du Cairat sur la rive droite du fleuve Llobregat. Il s’agit d’uneSanta Margarida de Cairat: Vista general de la ermita construction rurale d’origine préromane, modifiée à l’époque romane et restaurée en 1965 par la famille propriétaire sous la direction d’Eduard Junyent.

L’ermitage est formé d’une seule nef rectangulaire et une abside, toutes deux couvertes d’une voûte en berceau, orientée de façon canonique bien que l’axe de son abside, de base carrée, présente une déviation d’environ quinze degrés vers le nord pour s’ajuster à l’orographie du terrain où il fut construit. Actuellement, son seul accès consiste en une porte ouverte à l’ouest mais il y a des signes évidents d’une première porte sur le mur latéral sud, comme il était habituel dans les églises mozarabes. L’appareil, homogène dans tout l’édifice, est en pierres irrégulières sauf aux angles où l’on peut apprécier des éléments de plus grande taille et meilleure disposition.

L’intérieur se distingue par l’arc en fer à cheval qui lui confère un caractère nettement préroman.On y accède par quatre



Santa Margarida de Cairat: planta según Eduardo Junyent marches, ce qui fait que le sol de la nef soit plus bas que l’extérieur. L’abside est élevée d’une marche par rapport au sol de la nef. Il n’y a aucun élément sculptural à faire ressortir. Deux petites fenêtres, dans les murs est et sud, apportent un peu de lumière à l’église. Les murs latéraux sont renforcés par des arcs aveugles en forme de fer à cheval, de facture semblable à l’arc d’accès à l’abside, qui rappellent, tout en gardant les distances, les arcatures de San Miguel de Cuxá.



  • Nous pouvons observer à Santa Margarida trois phases de construction différentes, bien que les deux premières paraissent très proches:

  • Dans la première, dont on conserve toute la structure, la nef était couverte d’une toiture en bois. Aussi bien par les caractéristiques de l’arc triomphal que par le faitSanta Margarida de Cairat: Vista de la cabecera que la porte initiale se soit trouvée sur le côté sud, nous pouvons penser qu’il s’agit déjà d’une oeuvre datant du repeuplement, de la fin du IXème siècle ou début du Xème.

  • Dans la deuxième, presque immédiate à l’antérieure, les murs latéraux furent renforcés, pour couvrir la nef d’une voûte en berceau, par la construction d’arcs aveugles, du même genre que celui de l’accès à l’abside, adossés à chaque mur latéral et la porte primitive préromane fut clôturée pour en ouvrir une autre dans le mur opposé à l’abside.


Par la suite, sans doute à la fin de la période romane, cette nouvelle porte fut substituée par l’arc en plein cintre aux vousseaux très réguliers que nous pouvons voir actuellement.

Santa Margarida de Cairat: Acceso actual en el lado oesteIl y a un petit clocher. Une dalle commémorative en latin fut placée en souvenir de la dernière restauration. Un nouvel autel fut consacré. A l’heure actuelle, il s’agit de la propriété de la famille propriétaire du mas voisin de Can Paloma. Ces dernières années, une messe est célébrée le dimanche le plus proche de la fête de Santa Margarida. Elle a souffert récemment quelques dommages dans sa porte d’entrée à cause d’un incendie sans doute provoqué.

Elle est aussi connue sous le nom de Santa Margarida Saplanca del Cairat. Le terme Saplanca se référait à un pont ou levier qui servait à traverser le fleuve Llobregat à l’endroit de la gorge du Cairat où se conservent à proximité les vestiges d’un pont « andalusí » de la periode de l’émirat.

Un autre fait à souligner est que deux autres églises préromanes existèrent à Esparreguera, Santa María del Puig dans laquelle furent trouvés les vestiges d’une abside de cette époque dans l’actuelle église romane, et Santa Coloma de la Gorgonçana, connue depuis l’année 964, aujourd’hui disparue.


Autres informations intéressantes

Moyen d’accès: Située à Esparreguera, à 42,8kms de Barcelone, direction Monserrat, dans le mas de Can Paloma, sur l’ancienne route de Esparreguera à Monistrol de Manserrat. Coordonnées GPS: 41°34’5″N 1°51’58″E.

 

Bibliographie

L’art pre-romànic a Catalunya. Segles IX-X: Xavier Barral i Altet. (Edicions 62, Barcelona,1981)
Les esglésies pre-romàniques al Baix Llobregat: Montserrat Pagès i Paretas. Institut d’Estudis Catalans

Portails

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Partager sur:
Impression