Turismo Prerrománico > Países > España > BASÍLICA DE VEGA DE MAR

BASÍLICA DE VEGA DE MAR

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Ninguna valoración todavía)

Remerciements

 

Remarques préliminaires

  • Les premières tombes furent découvertes au début du XXème siècle et la basilique ne fut trouvée qu'en 1930.
  • En 1930 commença la première recherche arquéologique pendant laquelle tout son plan fut mis au grand jour.
  • Entre 1977 et 1981, fut l'objet de plusieurs campagnes de fouilles, toutes de courte durée.

Description

Cette basilique, fouillée au début du XXème siècle et dont seuls les murs sont onservés jusqu'à environ un mètre de hauteur, est un clair exemple des églises wisigothes de type nord-africain onstruites au sud de la péninsule pendant le VIème siècle, parmi lesquelles nous pourrions détacher celles de El Germo à Cordoue, Casa Herrera et La Cocosa à Badajoz et Torre Palma au Portugal. Malheureusement, comme il arrive Detalle de la pila bautismal con forma de pezpour toutes les églises de ce groupe, il ne nous reste que son plan, ce qui complique l'idée que nous pourrions avoir de sa structure complète.



La basilique de Vega de Mar, située à San Pedro de Alcántara sur la voie romaine qui menait de Carthagène à Cadix, tout près de la mer, près d'importants thermes romains et entourée actuellement d'un bois d'eucalyptus offrant un magnifique environnement, a une forme presque carrée, d'environ 11,5m de côté et divisée en trois nefs par une série de piliers d'aspect irrégulier. Comme dans toutes les églises de ce groupe, ce qui attire d'abord l'attention est la présence de deux absides opposées, un semi-cercle à l'est et l'autre, qui était l'abside principale, à l'ouest en forme de fer à cheval et inscrit dans un rectangle, formant de part et d'autre deux salles latérales: L'une située au nord, renferme de magnifiques fonts baptismaux, taillés dans une seule pierre et en forme de poisson sur l'extérieur, symbole typiquement chrétien, et quatre lobes à l'intérieur, avec sept marches correspondant aux sept degrés du mystère du Saint Esprit décrits par la suite par San Isidro, trois pour descendre, la centrale et trois pour monter. Cette salle a deux portes, l'une à l'extérieur et l'autre à la nef, comme il correspond au rite selon lequel le nouveau cathécumène ne devait pas penétrer dans l'église avant son baptème.



Les entrées étaient situées sur les côtés nord et sud où sont conservés les vestiges des portiques latéraux dont le côté nord fut utilisé pour les enterrements. Il y a aussi une grande quantité de tombes de différentes époques comprises entre l'Empire et le VIIème siècle, autour des absides contenant des vestiges de grand intérêt parmi lesquels une bouteille piriforme en verre, typiquement romaine, et des restes de céramique genre 'terra sigilata' qui, bien que d'origine romaine, se fabriquait toujours à l'époque wisigothe, des dalles enRestos de las naves y de la cabecera oriental marbre décorées, l'une d'elles représentant deux oiseaux face à face, l'autre avec un chrisme constantinien , sans doute le plus ancien découvert en Espagne. Le fait d'avoir trouvé des monnaies datant de l'époqueimpériale jusqu'à celle de Liuva II indique que la basilique, tout du moins la nécropole, fut utilisée pendant une longue période.



La construction est pauvre comme dans toutes les églises de ce groupe, en petites pierres et briques avec mortier, d'une qualité très éloignée de celle des églises cruciformes du VIIème siècle. Cependant, dans certaines zones, surtout dans les piliers, on observe un autre type de construction à base de grandes pierres de taille beaucoup mieux taillées, ce qui, avec le fait que ces piliers soient situés de façon assez irrégulière par rapport au plan de la basilique et la présence de tombes et de monnaies d'époque antérieure, fait penser que cet édifice du VIème siècle fut construit sur les ruines d'un édifice antérieur, sans doute une basilique paléochrétienne, peut-être détruite dans un tremblement de terre qui eut lieu dans la zone en 365.

Autres informations intéressantes

Moyen d'accès: Autoroute A-7. Sortie à 68,9kms de Málaga par la A-376, 1,2 km après, arrivée à San Pedro de Alcántara; la basilique se trouve dans une résidence de villas près de la mer avant de traverser la rivière Guadalmina. Coordonnées GPS: 36º 28'19,07''N 4º 59' 24,84''W.
Téléphone d'information: Délégation Municipale de Culture de Marbella C/ hôpital Bazán s/n Téléphone:952.28.78.50
Visites:  On peut demander les clés pour accéder aux ruines de la basilique aux Offices du Tourisme de San Pedro de Alcántara et de Marbella.

 

Bibliographie

Historia de España de Menéndez Pidal: Tomo III
SUMMA ARTIS: Tomo VIII
L'Art Preroman Hispanique: ZODIAQUE
Ars Hispanie: Tomo II

Portails

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Partager sur:
Impression