Turismo Prerrománico > Biblia de Tirreni

Biblia de Tirreni

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Ninguna valoración todavía)

Caractéristiques principales

  • Reference: Cava dei Tirreni, Biblioteca della Badia, Ms. 1.
  • Dimensions: 360 x 260mm.
  • 303 feuillets de parchemin. écrits en caractères wisigothiques ronds.
  • Plusieurs miniatures, frontispices et lettres capitales.

Environnement historique

La soi-disant Bible de Danila, par le nom de son unique auteur connu, ou « de Tirreni » parce qu’il est conservé depuis le début du Xiie siècle à la bibliothèque de l’abbaye de Cava dei Tirreni à Naples, est le manuscrit miniado de l’Hispania Altomedieval le plus ancien développé avec un programme décoratif cohérent, qui est venu jusqu’à nous.

Alphonse II le Casto, fut un roi de longue date (791-842) et d’une grande importance dans l’affermissement du Royaume des Asturies face à al-Andalus, dans la promotion du christianisme dans les territoires libérés de l’Islam et dans le développement d’Oviedo comme « Urbs Regia » sur le modèle de la Toledo wisigoth, devenant un grand promoteur des arts, de ce qui nous reste des exemples aussi importants que saint Julián de los Prados, la Chambre Sainte ou ce manuscrit.

Au moment où le Royaume des Asturies commençait à être respecté par Rome et Aix-la-Chapelle grâce au rôle que les écrits de Beatus de Liébana avaient joué au Concile de Francfort de 794, présidé par Charlemagne, condamnant l’adoption, Alphonse II organisa à Oviedo un concile régional en 821 pour renforcer l’importance du siège d’Oviedo vis-à-vis d’autres évêchés de son entourage et surtout vis-à-vis de celui de Tolède, qui restait le siège métropolitain bien qu’il soit en territoire musulman. Il semble qu’à l’occasion de ce concile le monarque ait commandé cette copie de la Vulgate, qui serait achevée dans les premières années du Ixe siècle et présiderait les réunions du Concile, devenant par la suite la propriété de la cathédrale d’Oviedo, où aurait eu lieu le.

Mais au début du Xiie siècle, l’un des nombreux moines de Cluny débarqué en Espagne dans le cadre de la réforme grégorienne, Maurizio Burdino, un personnage très controversé qui après avoir été diacre à Tolède, soutien d’Henri de Bourgogne dans sa politique de séparation du Portugal comme évêque de Coimbra et Braga, et qui est devenu l’antipape Grégoire VIII, a passé quelques années à l’évêché d’Oviedo, emportant la Bible à son retour en Italie. À sa mort à Cava de Tirreni le manuscrit est resté dans la bibliothèque de cette abbaye où, avec une nouvelle reliure et quelques coupures dans le décor qui n’ont pas affecté les textes, il est encore conservé.

Description

La Bible de Tirreni, une des premières traductions latines du texte de saint Jérôme en Espagne, est un manuscrit composé de 303 feuilles de parchemin de 360 X 260 mm, ce qui implique qu’il a été considéré comme un travail de grande importance car il a dû utiliser la peau de 75 <img class= »size-full wp-image-74822 alignleft » src= »https://www.turismo-prerromanico.com/wp-content/uploads/2016/06/LBITIRRENI2.jpg » alt= » » width= »300″ height= »272″ />animaux dans sa confection; il a été décoré par un illustrateur unique et écrit par deux copistes dont nous ne connaissons que le nom de Danila – c’est pourquoi il est aussi connu comme Bible de Danila -, parce qu’il a laissé sa signature en lettres d’or avant le livre d’Ezéchiel.

Il s’agit du codex le plus important conservé du Royaume des Asturies et a une particularité qui peut être considérée comme exceptionnelle car, malgré un programme de décoration très intéressant composé de grandes lettres capitulaires de formes et de coloris variés, une multitude de croix de taille et de structure différentes, des motifs animaux, végétaux et géométriques et d’autres éléments chrétiens tels que les poissons ou les oiseaux, aucune figure humaine n’apparaît dans l’ensemble du manuscrit.

Dans cette Bible, nous trouvons deux des caractéristiques principales de l’art préroman asturien : son aniconisme dans la sculpture, la peinture et la miniature, et la grande importance de la croix comme élément distinctif dans toutes ses œuvres.

Le thème de la figure humaine dans les images, principalement religieuses, avait été très controversé dans l’église chrétienne. En Hispanie, après une dernière période d’art wisigoth où la figure humaine – San Pedro de la Nave, Quintanilla de las Viñas -, a été réutilisée -, elle disparaît dans presque tout l’art asturien et peut-être le meilleur exemple est cette Bible.

<img class= »size-medium wp-image-74825 alignleft » src= »https://www.turismo-prerromanico.com/wp-content/uploads/2016/06/LBITIRRENI3-215×300.jpg » alt= » » width= »215″ height= »300″ />Il était peut-être aussi important dans le royaume Stur le fait que, bien que dans le concile de Nicée, ces images ont été autorisés après plusieurs phases au Viiie siècle et au début du Ixe siècle de forte aniconisme dans l’église orientale, Cela ne s’est pas reflété dans l’arrêt ultérieur de Francfort de 794, dans lequel l’interdiction a été maintenue. Nous ne pouvons pas non plus écarter l’influence d’al-Andalus et de l’interdiction radicale des images religieuses de l’île, car les relations entre les Asturies et les Mozarabes du Sud sont incontestables, qui collaboreraient déjà à la construction de monuments et aux ateliers d’ivoire cordouan.

Por otro lado, la cruz fue un elemento fundamental como símbolo de estado de la monarquía asturiana. Lo encontramos en la decoración esculpida en sus iglesias, como en Valdediós, en las múltiples ocasiones en que aparece en las pinturas murales como Santullano y en las cruces de Los Angeles y la Victoria, auténticos emblemas del Reino Astur. Símbolo que posteriormente se repetiría como “Cruz de Oviedo” en muchos manuscritos de los siglos siguientes.

También la cruz es el elemento fundamental de la Biblia de Danila, en la que este símbolo es el principal modelo decorativo. Aparecen con profusión cruces de página completa, cruces enmarcando frontispicios, textos escritos en forma de cruz y otras múltiples representaciones de cruces de diferentes tamaños y posiciones en el texto.

Muy interesantes también las tablas canónicas, la primera vez que aparece este tipo de tablas en España, en las que se utiliza el arco de herradura visigodo que habían adaptado en el arte andalusí y que seguirán apareciendo, tanto las tablas como los arcos de herraduras en la mayoría de la miniatura española posterior.

También resultan interesantes las cuatro páginas de la biblia teñidas de azul y las tres teñidas de púrpura, cuyos antecedentes podemos encontrar en la corte de Carlomagno y en el llamado “Corán Azul”, algo que no volvemos a encontrar en la miniatura altomedieval española.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Partager sur:
Impression