Turismo Prerrománico > BEATO DE VALCAVADO

BEATO DE VALCAVADO

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Ninguna valoración todavía)

Caractéristiques principales

* Reference: Biblioteca del Colegio de Santa Cruz de la Universidad de Valladolid, cod. 433.

* Autres noms: Beato de Valladolid.

* Dimensiones: 355 x 245mm, bien qu’il soit plus grand puisque les folios ont été taillés.

* Environ 230 feuillets de parchemin, plus 14 disparus, en lettres rondes wisigothiques.

* 87 miniatures.

Fac-similé disponible: C.M. Editores.

 

 

 

 

 

Étude du Beatus de Valcavado effectuée par notre collaborateur Jean-Luc Monneret dans lequel toutes les images du manuscrit ont été nettoyées numériquement. Appuyez sur l’image pour accéder.

Environnement historique

Selon le manuscrit lui-même, le Bienheureux de Valcavado a été copié par un moine nommé Oveco dans le monastère du même nom situé au nord de Saldaña, dans la province de Palencia, à la demande de son abbé Sempronio, comme en témoigne l’inscription « SEMPRONIVS ABBA LIBRVM » qui est incluse à plusieurs reprises dans le labyrinthe existant dans le deuxième folio. Oveco commença ce bienheureux le 8 juin 970 et le terminait le 8 septembre de la même année, délai étonnamment court pour un travail de cette catégorie, car il semble évident qu’il a été créé par une seule main.

La trajectoire de ce Beatus est compliquée, bien que connue. Malgré la disparition de la communauté monastique au Xiie siècle, le manuscrit a été conservé dans l’église de la localité jusqu’à ce qu’à la fin du Xvie siècle, où Valcavado était presque dépeuplé, Théophile Guerra, Provisor de l’évêque légionnaire et Archidiacre de Valderas, l’a emmené à Leon. De là, il passa à Madrid, aux mains d’un secrétaire de Philippe II, Ambroise de Morales étant le premier auteur dont on conserve quelques références à ce manuscrit. Au début du Xviie siècle, le P. Antonio Padilla l’emmena au Collège Saint-Ambroise des jésuites de Valladolid et finalement en 1767, après l’expulsion des jésuites par Charles III, toute la bibliothèque de ce collège passa à l’Université de Valladolid où, après plusieurs changements de bâtiment, il est encore.

Description

Le Beato de Valcavado, composé de 230 folios plus 14 disparus, est en outre très susceptible de posséder les cinq feuillets de généalogies conservés dans la Vitrine 14-2 de la Bibliothèque Nationale de Madrid. Aujourd’hui, en plus de plusieurs lettres capitales de belle facture, il contient 87 miniatures de grande qualité, certaines de double feuille et d’autres de feuillet complet, toujours intégrées dans le texte commeLluvia de estrellas complément visuel de passage dans lequel il est intégré. Ils appartiennent au style de l’école léonaise initiée par Magius, en utilisant sur un fond souvent verni à la cire, des couleurs liées par de nouveaux éléments tels que l’oeuf, le miel ou la queue, qui génèrent des couleurs naturelles semblables à celles du Beatus d’Escalade, avec de grandes glaçures et une grande harmonie chromatique.

Aussi, comme dans ledit Beatus, l’espace est traité à base de bandes d’épaisseur irrégulière. Cette similitude s’étend dans de nombreux cas au contenu des illustrations qui suivent généralement la nouvelle tradition picturale ouverte par Magius dans ce travail et maintiennent les mêmes influences islamiques sur les vêtements et les attitudes de certains personnages.

Les miniatures laissent transparaître la rapidité de leur élaboration, en réduisant le dessin à la ligne qui délimite les figures, bien que cette synthétisation semble correspondre plus à la hâte de terminer le travail qu’à une pénurie de technique, car malgré cela les images dénotent une agilité, expertise et un grand sens esthétique dans l’utilisation des couleurs.

Ce codex se distingue par la vitalité de ses personnages, aux grands yeux amandés, qui montrent une attitude très exaltée, plus « apocalyptique » que le reste des bienheureux. Les couleurs utilisées par Oveco sont plus vives, plaçant les images sur des bandes rouges, bleues. et jaunes. Il est également très significatif son autoctonie et la grande influence islamique qui est montré sur les vêtements des personnages et sur les architectures qui sont inclus dans ses miniatures.

Écrit sur parchemin d’épaisseur moyenne bien traité, avec une très bonne calligraphie en caractères ronds wisigothiques et, comme ceux d’Escalade, Ferdinand Ier, de la Seo de Urgel et celui de Silos qui se trouve dans la British Library de Londres, son texte correspond à ce qui est considéré comme le premier groupe de la deuxième rédaction du Bienheureux de Liébana.

Il y a beaucoup de notes dans ses marges, les plus intéressantes sont celles ajoutées par Oveco lui-même, il semble que dans la révision finale du manuscrit, moins d’intérêt sont d’autres du Xiie siècle et quelques plus tard. Comme une note curieuse nous mettrons en évidence la CourLa Cruz de Oviedo, detalle écrit en galicien médiéval découvert en 1918 dans l’une de ses premières pages, datant de la première moitié du Xiiie siècle et assez proche pour sa facture aux Centres d’Alphonse X le Sage. Elle a été attribuée initialement à Ferdinand III le Saint, bien qu’aujourd’hui cette possibilité ait été écartée.

Ces dernières années, une étude de la structure moléculaire des pigments utilisés dans les miniatures de ce Beato a révélé que sa riche gamme de couleurs provenait en fait de la combinaison de très peu de minéraux comme l’azurite, malachite et surtout cinabre. Pour cette étude, on a utilisé les technologies les plus avancées permettant d’effectuer une analyse physique et chimique de toute matière ‘in situ’ et d’une manière non destructive.

Conclusions

En résumé, le Bienheureux de Valcavado, tant par sa qualité, malgré la hâte avec laquelle il a été créé, que par son large éventail d’images et le bon état de conservation dans lequel il est arrivé jusqu’à nous, est l’un des manuscrits les plus intéressants de la miniature mozarabe et permet d’inclure Oveco dans le groupe des brillants éclairants de cette époque, capable de développer une tâche de cette importance en si peu de temps et que, respectant l’esprit et la structure de l’œuvre du Bienheureux de Liébana et dans le plus pur style mozarabe de la seconde moitié du Xe siècle, il était capable de laisser sa propre empreinte en utilisant personnellement, comme d’autres artistes commeMagius, Emeterio ou Senior, les différentes influences et courants artistiques qui existaient en Espagne au Xe siècle.

 

Bibliographie

Historia de España de Menéndez Pidal: Tomos VI y VII*
SUMMA ARTIS: Tomos VIII y XXII
L’Art Préroman Hispanique: ZODIAQUE
Arte y Arquitectura española 500/1250: Joaquín Yarza
El Beato de la Universidad de Valladolid: José Antonio Fernández Flórez

Portails

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Partager sur:
Impression