Turismo Prerrománico > APOCALIPSIS 1313

APOCALIPSIS 1313

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Ninguna valoración todavía)

Caractéristiques principales

  • Reference: Bibliothèque nationale, Paris. Fr. 13096
  • Dimensions: 237 x 164 mm.
  • 167 feuillets de parchemin. écrits en français.
  • 162 miniatures enrichies d’or et d’argent.

Environnement historique

Aussi connu sous le nom d’Apocalypse de la Reine Elizabeth, il comprend un colophon, quelque chose d’inhabituel à cette époque, dans lequel il est rapporté qu’il a été terminé le 13 octobre 1313 par Colin Chadelves, artiste dont on connaît les œuvres de la même époque à Liège et qui est l’un des premiers cas d’une Apocalypse peinte par un laïc. Il fut probablement commandé pour Élisabeth de France, fille de Philippe IV et reine d’Angleterre, probablement pour commémorer la visite quelques mois avant Édouard II et Élisabeth à Paris pour assister au mariage de leurs frères.

Nous savons que ce manuscrit était inclus dans l’inventaire fait à la mort d’Élisabeth en 1358. Il a été rendu à la France probablement pendant la guerre de Cent Ans, puisque la version du texte de l’Apocalypse 1313 est utilisée dans les six « Bibles historiques » toutes écrites sous le règne de Charles V de France entre 1350-1380. Il est actuellement à la Bibliothèque nationale de France, avec la référence F 13096

 

Description

Manuscrit de 167 feuillets de parchemin comprenant 162 grandes miniatures colorées et décorées d’or et d’argent, avec un mélange original de styles qui deviennent l’un des manuscrits enluminés les plus intéressants du premier quart du Xive siècle, décoré d’un des cycles d’images les plus longs et originaux du Livre de la Révélation, complété par un texte et des commentaires spéciaux, les deux en français, et axé sur une dévotion intime et la méditation privée, ce qui représente un changement important dans la conception de l’Apocalypse gothique, changement qui a également reflété dans l’Apocalypse anglaises de son temps comme ceux de Spencer et Bohun.

Après une première page (1v) avec une image pleine page de Saint-Jean submergé par ordre de Domitien dans un réservoir d’huile bouillante et le texte de cette image dans le 2r, l’Apocalypse commence dans le folio 2v et se termine dans la 85v; dans toutes ses pages apparaît le texte biblique sur le côté gauche (vers) tandis que sur le côté droit (droit) il y a une miniature pleine page qui illustre le texte de l’image, mais parfois une petite image est également incluse dans le tiers inférieur des pages de texte. Ensuite, dans les pages de 86r à 87v, apparaissent des images des condamnés en enfer, suivi d’une compilation de commentaires du texte, traduction en français d’un précédent en latin, qui occupe de la page 88v à la page 166, sans miniatures.

Les miniatures, magnifiquement colorées, ont une grande force dramatique par les gestes des personnages et le dynamisme des scènes, ont un style très homogène dans tout le manuscrit, dans lequel il souligne l’importance donnée à la représentation de l’enfer et des tourments des condamnés quelque chose qui, dans d’autres codex, est généralement considéré comme un élément supplémentaire. Ici, les damnés de l’Enfer subissent les tortures les plus terrifiantes et surprenantes que le miniaturiste présente avec tout le luxe des détails.

Il est intéressant de noter que dans ce manuscrit le lecteur accède simultanément à plusieurs niveaux d’information cohérente et complémentaire : l’image, avec des modèles iconographiques conventionnels, un texte apocalyptique complet traduit en français et les commentaires, également en français.

 

Partager sur:
Impression