Manuscrits

Biblia del Rey Sancho

Pamplona - 1197 - Bibl. d'Amiens Métropole

Commandée par Sancho VII el Fuerte et réalisée sous la direction de Fernando Petri, chanoine de la Cathédrale de Calahorra, qui obtint le titre de chancelier royal entre 1192 et 1194, elle se compose de 871 scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament, des vies de saints et l’Apocalypse de San Juan. C’est une vision des textes bibliques à travers des images, dans laquelle les textes se limitent à expliquer les illustrations. On suppose que trois calligraphes et au moins quatre peintres y travaillèrent.

BIBLIA HISPALENSE

Scriptorium de Sevilla - Antérieur à 970 - Biblioteca Nacional, Madrid

Bible copiée au Xe siècle sur un bureau sévillan, peut-être le même que celui créé par Saint Leandro et Saint Isidore plus de deux siècles plus tôt, dans lequel sont conservées les caractéristiques de base des manuscrits wisigoths, bien que certaines des images et de certaines lettres onciales reflète clairement l’influence de l’art cordouan. Elle est également connue sous le nom de Codex Toletanus parce qu’elle a été découverte dans la bibliothèque de la cathédrale de Tolède..

BIBLIA LEONESA DE SAN ISIDORO

Monastère de Valeránica - 960 - San Isidoro de León

Appelée aussi « Codex Gothicus Legionensis », cette Bible, avec ses 561 feuillets et 300 miniatures, enluminée par Florencio, l’un des grands miniaturistes mozarabes, est considérée comme l’une des oeuvres les plus importantes de la miniature espagnole du Xème siècle. Elle renferme tous les livres de l’Ancien et du nouveau Testament, avec prologues, commentaires et quelques autres textes non bibliques. Elle inclut des miniatures très colorées avec histoires bibliques, grandes lettres initiales, capitulaires,etc.

BIBLIA SACRA DE LEÓN

Monastère de Abellar - 920 - Catedral de León

Connue aussi comme Bible de Vimara pour le nom de son copiste, elle fut enluminée par le diacre Juan, dans le scriptorium du monastère d’Abellar, fondé par des mones mozarabes pour l’abbé Mauro de Santa María et San Martin de Albares et terminée en 920. Représente la Bible la plus ancienne conservée et l’un des manuscrits mozarabes du plus grand intérêt arrivé jusqu’à nous. L’imagination de Juan de Albares et la schématisation de ses images, qui pourrait avoir inspiré Picasso pour son Guernica, ainsi que d’autres oeuvres attirent l’attention.

Biblia segunda de San Isidoro

San Isidoro de León - 1162 - San Isidoro de León

Copie incomplète, en trois volumes, avec 617 feuillets écrits en lettre caroline et multiples miniatures, de la « Biblía Leonesa de San Isidoro », de l’année 960. Ses images respectent la structure de l’original mais actualisent les coutumes de l’époque aussi bien dans les vêtements que dans les édifices et les trousseaux. On y trouve deux styles différents, l’un primitif , assez rude, et l’autre beaucoup plus épuré, avec des silhouettes allongées de grande spiritualité. L’esthétique dans les deux cas est déjà pleinement romane, bien qu’elle n’arrive ni à la richesse ni à la qualité de la version antérieure.

BREVICULUM DE RAMÓN LLUL

France - 1325 - Bibliothèque d’État de Baden à Karlsruhe

Écrivain, fondateur de monastères, professeur à l’Université de Paris, promoteur d’une croisade et créateur d’une machine logique qu’il appela Ars Magna, Raymond Llul fut l’une des figures les plus avancées des domaines spirituels, théologique et littéraire du Moyen Âge avec plus de 250 œuvres écrites en latin, catalan et arabe.

Après sa mort, son disciple Thomas Le Myésier a compilé quatre anthologies d’œuvres de son maître, dont deux seulement ont été conservées, dont une est cette Breviculum, version très abrégée qu’il a préparée pour la reine de France, qui est conservée à la bibliothèque de Karlsruhe (Allemagne). Les 12 grandes illustrations qu’il comprend sont l’un des meilleurs témoignages de la peinture française du XIVe siècle.

CARTULARIOS DE VALPUESTA

Monasterio de Valpuesta - XII et XIII siècles - Archivio Histórico Nacional, Madrid

Le monastère de Valpuesta, créé à côté de son siège épiscopal en 804, fut l’un des plus importants de Castille pendant les premiers temps de la reconquête mais, après avoir été occupé par l’armée de Napoléon et son désamortissement au Xixe siècle, de son importante bibliothèque n’ont été conservés qu’une trentaine de documents et deux veaux qui recueillent des copies de documents datés des années 804 à 1190 liés au monastère, dont le second est un duplicata partiel du premier qui est considéré comme un codex fondamental pour l’histoire de la langue castillane parce qu’y apparaissent, insérés dans des textes en latin, les premiers mots de cette langue que nous connaissons.

 

Cartularios de Valpuesta

Cathédrale de Valpuesta - 1040 - Archivo Histórico Nacional, Madrid

Il s'agit de deux copies de différents documents officiels de l'Evêché de Valpuesta, au nord de Burgos, depuis 804 jusqu'à la date de chaque copie. La première d'entre elles, appelée "Becerro Gótico de Valpuesta", écrite en lettre wisigothe, est datée au milieu du XIème siècle. La seconde, en lettre caroline, environ cent ans plus tard. Dans les deux des termes en romance furent trouvés, inclus dans des copies de documents du IXème siècle, ce qui montrerait,- si, comme il le semble, ils existaient déjà dans l'original-, que nous nous trouverions devant des exemples de castillan écrit antérieurs au Códice Emilianense 46.

Chronicon

Évêché de Sevilla - Anterior al 630 - Plusieurs copies

Résumé des oeuvres antérieures, comme les chroniques de Julio Africano, Eusebio de Cesarea et Victor de Tunnuna. Il contient l’histoire du monde depuis son commencement jusqu’à l’année 616, divisée en six périodes qui correspondent à l’histoire des juifs, celle de chacun des empires postérieurs et des règnes barbares et qu’il associe avec les six jours de la création. Il composa par la suite, l’histoire des rois goths et celle des rois vandales et suèves.

Chronicon

Monastère de Biclara - Finales del S. VI - Plusieurs copies

Juan de Biclaro -ou Juan Biclarense- fut un prêtre catholique d’origine wisigothe né au Portugal. Il vécu longtemps à Constantinople et, à son retour, il fonda le monastère de Biclarum, arrivant à être évêque de Gérone. Il écrivit une chronique de l’empire byzantin et du royaume wisigoth entre les années 568 et 590, chronique qui couvre la plus grande partie du règne de Leovigildo et les premières années de Recaredo. Très intéressante car elle rapporte les évènements de son époque.

CÓDICE ALBELDENSE

Monastère de Albelda - 976 - Monastère de El Escorial

Ce codex, avec ses 429 feuillets de 455x325mm, écrit en lettre wisigothe sur deux colonnes, et ses 82 miniatures, contient une ample compilation de textes de droit canon et civil , renfermant une collection complète des conciles espagnols, les canons de tous les conciles généraux, une sélection d’autres canons et les décrétables des pontifes jusqu’à San Gregorio Magno, contemporain de San Isidro. Il contient aussi le « Fuero Juzgo », c’est-à-dire le code civil utilisé en Espagne depuis les goths jusqu’au XIIIème siècle.

CODICE CALIXTINO

Santiago de Compostela - 1150 - Cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle

Il comprend une description du « Camino de Santiago »commandé par Calixto II (1119-1124) au moine français Aimerico Picaud. La copie qui se trouve à Santiago fut développée quelques années plus tard sous les auspices de l’évêque Gélmirez et inclut dans ses cinq livres, outre la « Guía del Peregrino », le déplacement du corps de l’Apôtre Saint Jacques, un ample ensemble d’informations sur le culte à Saint Jacques et un Missel pour grandes solennités, un ensemble d’homélies, un antiphonaire, le récit de quelques miracles et plusieures histoires sur Charlemagne

CÓDICE DE RODA

Scriptorium de Nájera? - Seconde moitié du Xe siècle. - Real Academia de la Historia (Madrid)

Élaboré pour Sancho Garcés II sous la direction de Sisebuto, évêque de Pampelune, comprend une partie de l’histoire d’Orosio, l’histoire des Goths de San Isidoro, la copie de l’Epitome Ovetensis, qui est selon Sánchez-Peignoir la version la plus ancienne des chroniques développées un siècle plus tôt à Oviedo, et contient l’histoire de la fin du royaume wisigoth et celle de la monarchie asturienne, en plus d’un ensemble de textes sur l’histoire de la Navarre, y compris les généalogies des royaumes chrétiens pyrénéens au cours des Ixe et Xe siècles.

CÓDICE EMILIANENSE

San Millán de la Cogolla - 992 - Biblioteca del Monasterio de El Escorial (sig. D.I.1)

Bien que ce soit, dans sa majeure partie, une copie du Codex Albeldense, il est considéré comme l’un des manuscrits les plus importants du sriptorium de San Millán de la Cogolla. Comme l’original du monastère de Albelda, il contient la collection complète des conciles espagnols et les canons de tous les conciles généraux, ainsi que le Fuero Juzgo et une petite histoire des commencements du royaume de Navarre.

CÓDICE EMILIANENSE 46

San Millán de la Cogolla - 964 - Biblioteca de la Real Academia de la Historia. S. 46.

Formé d’un énorme dictionnaire-encyclopédie de plus de 20.000 mots, auquel furent ajoutées quelques pages d’autres textes. Bien qu’il ne contienne que très peu de miniatures, en général très simples et non colorées, il comprend un jeu complet de lettres majuscules magnifiquement décorées à base de franges de couleurs lisses, rubans, extrémités avec motifs floraux et formes schématiques d’animaux, dans un style utilisé habituellement dans d’autres codex de San Millán de la Cogolla dans la seconde moitié du Xème siècle.

Comentario del Apocalipsis de Apringio de Beja

Évêché de Beja - Entre 615 y 618 - Plusieurs copies

D’après son nom, tout à fait inhabituel dans l’Espagne de cette époque, Apringio pourrait être d’origine orientale. Il fut évêque de Bejar au milieu du VIème siècle, et laissa de considérables oeuvres littéraires, parmi lesquelles se détache son « Commentaire de l’Apocalypse », l’un des trois livres sur ce thème que Beato de Liebána reconnait avoir utilisé pour la confection de sa version, qui arriva à être le livre miniaturé le plus copié en Espagne pendant tout le Moyen-Age.

Etimologías y Orígenes

Évêché de Sevilla - Hacia el 630 - Plusieurs copies

Il s’agit d’une vision panoramique et systématique des connaissances à l’époque de San Isidoro qui prétendait faire un résumé encyclopédique de toutes les sciences, les arts, les relations entre l’homme et Dieu et les coutumes sociales, basé sur l’étymologie des mots, organisé par la suite par San Braulio en vingt livres. Est reconnu comme l’oeuvre la plus importante du haut-Moyen-Age et ses copies s’étendirent immédiatement dans tout l’occident européen.

LIBER ASTROLOGICUS

Archives et Bibliothèque épiscopale de Vic - VIIe siècle, copie de 1064. - Archives et Bibliothèque épiscopale de Vic

Le Liber Astrologicus de San Isidoro de Séville (ça. 556-636) est également connu pour les titres De natura Rerum et Liber rotarum. Avec lui, Isidore de Séville tenta de concilier la connaissance des philosophes et des érudits antiques avec celle des Pères de l’Église au début du VIIe siècle. Il a cité à la fois des poètes latins et des auteurs grecs et romains ainsi que la Bible et les pères de l’église. Subdivisé en 48 sections organisées en trois chapitres principaux, dans le Liber Astrologicus, Isidore traite de sujets cosmologiques, astronomiques et astronomiques, entre autres. Il dédie son manuscrit au roi wisigoth Sisebuto.

LIBER COMMICUS

San Millán de la Cogolla - 1073 - Real Academia de la Historia

Ecrit en 1073 par l’abbé Pedro. Il s’agit d’un livre de liturgie mozarabe qui, bien que gardant les caractéristiques des manuscrits « emilianenses » du siècle antérieur, fut créé en pleine phase d’implantation de l’art roman en Espagne et au moment où le Pape et l’ordre de Cluny faisaient pression pour substituer la liturgie mozarabe par la romaine que la réforme grégorienne imposait dans toute l’Europe.

Liber de viris ilustribus

Évêché de Sevilla - Entre 615 y 618 - Plusieurs copies

Continuant une ancienne tradition, San Isidoro nous présente un abrégé de 46 vies de personnages importants en Espagne et au nord de l’Afrique tout au long des Vème et VIème siècles, surtout évêques et auteurs chrétiens, avec une attention spéciale sur ceux qui écrivirent contre les hérésies. Dans ses biographies de personnages espagnols, il nous offre une information très intéressante sur la société de son époque et sur les relations entre la monarchie wisigothe et l’Eglise Catholique.

Entrez le terme